• les grues cendrées au lac du Der

     

    LA MIGRATION DES GRUES CENDREES.

     

     grues-cendrées-a-copie

     photo-2-grues-cendrées-envo
     

    ferme-aux-grues-copie

     

              La migration des grues cendrées, est, avec le brame, une des manifestations les plus spectaculaires et un des spectacles les plus magiques que la nature nous offre dans nos régions.

                Malheureusement, notre pays n’est pas une halte migratoire, et la rencontre avec ces oiseaux  y est  plutôt rare, relève du hasard et de la chance, et de toute manière fugace.

                Pour pouvoir en profiter pleinement, l’idéal est de se rendre au lac du Der-Chantecoq, situé à environ 4 heures de route de chez nous, au cœur de la Champagne.

    Créé en 1974 pour régulariser le cours de la rivière Marne, le lac du Der est, avec une superficie de 4800 Ha,  le plus grand lac artificiel de France,

                Le spectacle est vraiment, et ceci est un euphémisme, extraordinaire (photo 1). Il faut arriver aux abords du lac le matin à la nuit noire, de façon à assister au départ des oiseaux, et revenir le soir environ 2 heures avant le coucher du soleil pour les voir revenir. Ce sont des milliers d’oiseaux, qui arrivent en grandes bandes, annoncées à l’avance par leur chant caractéristique. Ces envolées dans le soleil levant et couchant sont d’une beauté fabuleuse.

                Le reste de la journée, le lac est déserté par les grues : soit elles repartent dans leur voie migratoire, mais elles restent quelque temps dans la région, histoire de reprendre des forces avant de reprendre leur long voyage. Jadis, elles se dispersaient dans les champs  alentours, et pour les retrouver, il fallait parcourir la campagne de façon aléatoire en espérant trouver par hasard une troupe.

                Mais, évidemment, des milliers d’oiseaux qui s’abattent sur un champ, cela engendre des dégâts, et devant le mécontentement des agriculteurs locaux, la LPO a décidé de créer en 1990 la « ferme aux grues ». Malgré son nom, ce n’est pas un lieu d’élevage. Le principe est évidemment simple : un territoire de cultures et de prés a été exclusivement dédié aux grues, et afin de les attirer et de les y fixer, un système de nourrissage a été instauré (cela ne vous évoque rien ?....).

                De ce fait, la majorité des grues se cantonnent à cet endroit.

                Deux possibilités : un mirador géant a été construit (photo 2) et permet l’observation des mouvements de grues dans d’excellentes conditions et sans risque de dérangement. La photo 3 a été prise de cet endroit. Le mirador est ouvert au public, et l’accès est gratuit. Pour les photographes adeptes des gros plans, il a été construit des affûts au sol. L’accès à ceux-ci est par contre payant et le règlement est assez strict : arrivée obligatoire à la nuit noire, se déchausser avant d’entrer, interdiction de sortir en pleine journée (même pas pour satisfaire un besoin naturel), et attendre que la nuit soit tombée avant de quitter l’affût. Sachant les conditions climatiques rudes de la fin et du début de l’année, cela peut être assez difficile.

                Les meilleures époques de l’année sont à partir de la mi-novembre, quand elles descendent, mais aussi, rassurez vous, vers la mi-février, quand elles remontent.

                Enfin, dans cette région, il y a bien d’autres centres d’intérêt : je ne vous ferai pas l’injure de rappeler l’intérêt gastronomique de la Champagne, mais en plus, le WE du 20-22 novembre a lieu le Festival International de Photographie Animalière de Montier-en-Der, la plus importante manifestation de ce type en France, et dotée d’un concours, le plus prestigieux également de l’Hexagone.

    C’est sans conteste le rendez vous à ne pas manquer pour tous les passionnés de la nature.

    Enfin, l’avifaune y est très abondante et variée, les zones humides attirant un grand nombre de limicoles, canards, rapaces (tels que le pygargue à queue blanche et le faucon pèlerin), et également, la densité de chevreuils y est absolument extraordinaire, et il est habituel de rencontrer des petites hardes qui traversent les campagnes d’un bosquet à l’autre.

  • brame...suite

    brame-12pour terminer, un visiteur inattendu..........

  • brame suite...

    brame-5

  • brame suite...........

    brame-4

    brame-3un petit bisou?

  • brame...suite.........

    brame-2

  • brame suite..........

    brame-9

     

    les plus belles.................

     

     

    brame-1

  • brame du cerf

    brame-11brame-6
    brame-8
    brame-7
    brame-8
    brame-10