• LES MEGAZOOMS

     

    La sortie récente du méga-zoom Tamron est l’occasion de refaire le point sur l’offre disponible actuellement.

    Les challengers actuels sont :

    Canon 100-400 mm f 4.5-5.6 IS USM   1500 Euros

    Nikon 80-400 mm f 4.5-5.6 ED VER 2300 Euros

    Sigma 120-400 mm f 4.5-5.6 APO DG ES 760 Euros

    Sigma 150-500 mm f 5-6.3 APO DG ES 870 Euros

    Tamron 150-600 mm f 5-6.3  SP Di VC USD  1350 Euros

     

    Le Canon est le premier zoom de ce type. Il accuse un peu son âge, et son autofocus est un peu en retrait par rapport aux modèles plus récents, mais sa qualité optique reste excellente.

    Les Canonistes souhaiteraient voir sortir une version modernisée de cet objectif, mais on redoute le prix de la nouvelle mouture, qui risque d’être prohibitif.

    Le Nikon, récemment sorti, est clairement au-dessus du lot, en particulier en ce qui concerne sa qualité de construction, ses performances en autofocus et sa qualité optique, mais au prix d’un tarif exhorbitant (3 fois celui du Sigma 120-400 !).

    Le Sigma 120-400 présente certainement le meilleur rapport qualité-prix.

    Il est léger, maniable, et son autofocus est rapide et performant.

    Sa qualité optique en proxiphotographie est un peu décevante.

    Son grand frère, le Sigma 150-500 dispose d’un « range » plus important, mais les tests montrent que la qualité optique est légèrement inférieure. 

    Le dernier-né, le Tamron 150-600, présente un autofocus performant et des qualités optiques étonnantes.

    Ceci dit, à 600 mm, l’ouverture « tombe » à f 6.3, et le zoom équivaut à un 900 mm avec un réflex APS. J’ai quelques doutes quant aux performances de l’optique dans ces conditions, en particulier en cas de lumière faible, et il est probable que l’optique gagnerait à être utilisée avec un reflex « full frame ».

    Quoiqu’il en soit, ces objectifs sont remarquables par leurs qualités en autofocus, en matière optique, leur maniabilité, et constituent l’outil idéal pour la photo en billebaude

    megazoom 1.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ceci dit, pour ceux que ces tarifs rebutent, vous pouvez très bien faire d’excellentes photos en vous rabattant sur leurs petits frères, les zooms 70-300 f 4.5-5.6, qui, rappelons-le, équivalent à un  450 mm aves un reflex petit capteur, ce qui constitue un grossissement plus qu’honorable !

     

    Canon 1350 Euros

    Nikon 500 Euros

    Sigma 300 Euros

    Tamron 340 Euros

     enfin, pour donner une idée de la qualité optique, voici 2 photos, l'une prise avec un Nikon 500 mm f 4 (vissé à 5.6) et l'autre avec un zoom Nikon 80-400 mm

    désolé, mais n'ayant pas trouvé de cerf suffisamment complaisant pour poser pendant que je changeais d'objectif, j'ai du me rabattre sur une vache...

    megazoom 2.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    megazoom 3.jpg

     

    Bonnes photos !

  • LE CERF EN EUROPE

    La qualité des cerfs dans d’autres pays d’Europe éveille souvent des phantasmes chez le chasseur

     

    cerf-danois-copie.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les densités et la qualité de l’espèce cerf dans les autres pays d’Europe font l’objet de beaucoup d’inconnues, voire de « phantasmes » et est susceptible d’éveiller des sentiments souvent contradictoires : sont-ils plus ou moins nombreux et leur qualité est-elle inférieure, égale, ou supérieure?

    En ce qui concerne la qualité, si l’on s’en réfère uniquement au trophée, il est bien connu que le poids des trophées augmente de l’extrême ouest (Ecosse), à l’extrême est (Roumanie) ; ce qui a par ailleurs engendré une cotation CIC différente.

    Si le niveau de population de l’espèce cerf est bien connue (ou du moins considérée comme telle) en Belgique, quel est la situation dans les autres pays de l’Europe ?

    Sommes-nous mieux, ou équivalents ou moins bien lotis que nos voisins ?

     Réponse dans le tableau et le graphique ci joints.

    Ces chiffres sont bien entendus brus doivent bien être interprétés avec prudence, étant donné l’inhomogénéité potentielle de la dispersion de la population d’un pays à l’autre.

    Les pays ou le cerf est présent seulement dans certaines parties :

    Tout le monde sait bien qu’en Belgique, la population de cervidés se situe uniquement au sud du pays.

    Mais en Allemagne, contrairement à ce que l’on pourrait penser, le cerf est présent seulement dans 23% du pays, essentiellement dans le nord-est.

    En Italie, le cerf est confiné quasi-exclusivement dans l’extrême nord.

    En Hongrie, essentiellement au nord et à l’ouest. À peu près absent dans le centre et l’est.

    En Autriche, présent sur 50% du territoire, est essentiellement dans le centre (moyenne montagne).

    Les pays ou le cerf est présent sur l’ensemble du territoire, de façon relativement homogène :

    En Pologne, il est présent dans l’ensemble du pays, hormis la région de Varsovie mais les plus fortes concentrations se rencontrent au nord-ouest (contigüe avec l’Allemagne).

    En Tchéquie, Slovaquie, Espagne, le cerf est présent sur l’ensemble du territoire.

    Les pays ou le cerf est présent sur l’ensemble du territoire, mais de façon inhomogène :

    Au Portugal, plusieurs groupes de population dispersés dans le pays, avec une plus forte concentration le long de la frontière avec l’Espagne.

    En France, le cerf est présent sur 21% du territoire. La dispersion est « relativement » homogène, mais plutôt sous forme de noyaux de population.

    Le pays ou le cerf est absent (ou quasiment)

    La présence du cerf est quasiment symbolique, soit de façon étonnante, par exemple en Suède, vu son caractère contigu avec la Norvège,  (absent en Finlande), soit de façon logique aux Pays-Bas, alors que sa présence en Grèce, ou son plutôt son existence y est étonnante.

     Paradoxalement, il est plutôt étonnant de voir les densités « relativement » faibles en Roumanie, par exemple, pays réputé pour son tourisme cynégétique et la production de trophées médaillés.

    Une explication plausible est qu’en Roumanie, les forêts ne couvrent que 27% du territoire et les animaux ont probablement un accès plus facile à une agriculture traditionnelle, donc à une nourriture plus riche.

    La question suivante est de savoir quelle est la raison de telles disparités.

     La qualité du biotope ou le couvert forestier ? Certainement pas : la population la plus importante est en Ecosse : biotope ouvert et pauvre, constitué de landes.

    L’Autriche est un pays montagneux et on s’attendrait plus à avoir des densités plus importantes d’animaux inféodés à ce biotope ; chamois, bouquetins.

    L’Espagne possède une surface boisée beaucoup plus importante que ce que l’on imagine : 45%.

     La tolérance ou plutôt l’intolérance du fait de la sylviculture ?  L’Autriche a certainement une sylviculture performante et rentable…

     Le climat ? Quand on voit les densités en Norvège et en Espagne, deux pays au climat radicalement opposé, la réponse est évidente : non.

     La densité de population humaine ?  Certainement…L’Ecosse, l’Autriche et l’Espagne ont des densités de populations relativement basses par rapport au reste de l’Europe.

     Bien d’autres facteurs sont susceptibles de rentrer en ligne de compte : l’histoire, les traditions, les conflits …

     Les chiffres repris ici sont tout à la fois intéressants, mais aussi étonnants, voire édifiants.

    L’Ecosse remporte la palme de la population la plus importante, alors que le biotope est probablement un des plus pauvres.

    Plus étonnant, l’Autriche abrite également une population considérable, alors que le pays est en grande partie montagneux.

     

    En Belgique, donc…

    Pour rappel, 1 km2 = 100 Ha

    Pour la Belgique, 30.000 km2 = 3.000.000 Ha

    La densité moyenne en Belgique est donc de 3.3 cervidés/1000 Ha

    La surface boisée en Wallonie est de 500.000 Ha

    En prenant comme référence le chiffre de 12.500 cervidés d’après le tableau de bord de l’environnement Wallon, la densité moyenne est donc de 25 cervidés/1000 Ha.

    Globalement, la Belgique est en-dessous de la moyenne Européenne qui est donc de 0.64 cerfs/km2, tout en admettant que ces chiffres sont biaisés par les pays à très forte densité (Ecosse, Autriche).

     

    Il faudrait donc pouvoir disposer de plus amples informations, en particulier la surface boisée colonisée par le cerf dans les autres pays pour pouvoir disposer de chiffres de densité réellement comparables.

     

     

    JLJorion

     



    European Ungulates and their management in the 21° century

    Ed by Marco Apolliono, Reidar Andersen and Rory Putman

    Cambridge university press 2010

     

     

     

     

    superficie km2

    Nb cervidés

    cerf/km2

    population

    hb/km2

    Allemagne

    357.000

    150.000

    0,42

    82.000.000

    230

    Angleterre

    131.000

    20.000

    0,15

    53.000

    407

    Autriche

    84.000

    190.000

    2,26

    8.000.000

    97

    Belgique

    30.000

    10.000

    0,33

    11.000.000

    364

    Croatie

    53.000

    10.000

    0,19

    4.000.000

    75

    Danemark

    43.000

    13.000

    0,3

    5.600.000

    129

    Ecosse

    79.000

    400.000

    5,1

    5.295.000

    67

    Espagne

    506.000

    800.000

    1,6

    47.000.000

    92

    France

    641.000

    120.000

    0,19

    66.600.000

    104

    Grèce

    132.000

    600

    0,004

    11.000.000

    85

    Hongrie

    93.000

    74.000

    0,8

    10.000.000

    107

    Italie

    302.100

    63.000

    0,21

    61.000.000

    202

    Norvège

    385.000

    130.000

    0,34

    5.000.000

    13

    pays Baltes

    175.000

    45.000

    0,26

    7.000.000

    40

    Pays Bas

    42.000

    2.735

    0,07

    17.000.000

    403

    Pologne

    312.000

    141.000

    0,45

    39.000.000

    123

    Portugal

    92.000

    17.500

    0,19

    11.000.000

    114

    Roumanie

    239.000

    36.000

    0,15

    21.000.000

    90

    Serbie

    77.000

    5.000

    0,06

    7.000.000

    92

    Slovaquie

    49.000

    38.000

    0,78

    5.400.000

    111

    Slovénie

    20.000

    12.000

    0,6

    2.000.000

    99

    Suède

    450.000

    10.000

    0,02

    9.600.000

    21

    Suisse

    41.000

    25.000

    0,61

    8.000.000

    195

    Tchéquie

    79.000

    25.000

    0,32

    10.000.000

    130